mardi 25 juillet 2017

25 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. La raison et le sens commun.

Chers lecteurs, nous sommes loin d’avoir épuisé les richesses de MOZI. Mais il ne faut point lasser. Nous entrons donc dans un autre cycle, celui de la lecture d’un livre épatant de Gilbert Keith CHESTERTON, un immense auteur anglais dont la fougue, l’humour tout britannique et le catholicisme étincelant ne peuvent entraîner, outre de franches rigolades, qu’une adhésion sans réserve. Voici la référence du livre qui vient d’être fraîchement édité en France :
Gilbert Keith CHESTERTON.
Le puits et les bas-fonds. Traduit de l’anglais par Patrick GOFMAN, assisté d’Angélique PROVOST. Révision et notes de Wojciech GOLONKA.
Desclée de Brouwer, Paris/Perpignan, 2016.
-
Ce n'est pas l'ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c'est la lâcheté !
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Au cœur de la chrétienté, à la tête de l’Église, et au centre de la civilisation dite catholique, là et en aucun mouvement ni aucun avenir, se trouve cette cristallisation du sens commun et les véritables traditions et réformes rationnelles, que l’homme moderne recherche à tort dans toutes les tendances des temps modernes. C’est à partir de là qu’il nous sera rappelé que la pitié est négligée ou que la mémoire est rejetée, et non à partir des hommes qui se trouveront constituer le prochain contingent de dirigeants pour cette terre sans repos ni attention. Tel est le fait que nous avons tous enfin découvert, et c’est pourquoi je l’ai placé en premier point. Ce n’est pas le premier par ordre, mais c’est le premier en importance des faits que j’ai ressenti après avoir pris conscience de la vérité : et si j’avais encore été dans les ténèbres extérieures, elle m’aurait conduit jusqu’à la porte dans cette heure sombre." (Page 63)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Il est tout de même curieux de voir que le grand MOZI dont nous avons cité des extraits depuis plusieurs jours parle comme CHESTERTON du sens commun. En vérité, la haine viscérale de, la post-modernité en général, et de la démocratie républicaine à la française pour tout ce qui touche au catholicisme n’est justifié que par le rejet du sens commun. Le sens commun nous ancre dans cette terre nourricière où nous plongeons nos racines. Il nous dit que l’hommes a des limites, des défauts, certes, mais qu’il est capable de raison et d’une raison qui le pousse à conclure que deux hommes ou deux femmes, en dépit de la loi, ne peuvent se marier, que payer une mère porteuse, comme on le fait exactement dans les centres de transgénèse où l’on utilise des souris porteuses pour fabriquer des lignées transgéniques, n’est que le triomphe de l’esprit de lucre et de l’animalité sur l’amour authentique. Le sens commun nous dit que les vieillards, fussent-ils malades, méritent d’être respectés, soignés, aidés et aimés jusqu’au moment du grand passage. Le sens commun, c’est tout simplement la mise en acte de la raison pratique. Et, j’y reviens, le sens commun est une manifestation de la conscience, laquelle n’est que le jugement prudentiel que la raison pratique porte sur les actes que l’on doit, que l’on peut, ou que l’on veut faire. Oh ! Je sais, je vous ai déjà importunés avec cette conscience qu’on voudrait nous acheter à coup de subventions, de prestations, de cajolades en tous genres. Mais que voulez-vous, un jugement prudentiel est ce jugement qui la pèse la valeur des actes possibles, et en supputent les conséquences si jamais ils en viennent à être posés.
On a beaucoup critiqué la création du mouvement Sens Commun, issu de la Manif Pour Tous. On l’a critiqué pour cette raison-là : c’était la manifestation d’un jugement prudentiel de la raison pratique. Avec le grand CHESTERTON, je dis, je crie, je répète et je maintiens que seul le catholicisme est en accord avec la raison. Nous y reviendrons. La Manif Pour Tous n'a pas à cacher ni à renier qu'elle puise sont inspiration dans l'enseignement moral et social de l'Eglise catholique. Tant pis pour ceux qui ne l'aiment pas.
-
3. REVUE DE PRESSE.
-
Jeunes gens, jeunes hommes, et toi en particulier, cher filleul avec qui nous nous entretenions hier soir du mariage, voici pour vous.

-
Et toujours à propos du général de VILLIERS.

-
J’adhère entièrement à cette analyse !

-
Ils voulaient traîner dans le boue de cardinal ! C’est lui qui leur fait honte !


Pendant qu'ils écrivent leurs poulets sur les tables du Café de Flore, le cardinal, lui, traverse les ruines de MOSSOUL et réconforte les rescapés de sa présence.
-
CASTANER versus le général de VILLIERS.

Je pensais que Christophe CASTANER était un imbécile bernanosien, je crains qu’il ne soit qu’un imbécile tout court.

-
Chute de popularité : une tentative d’explication.

-
Il y a tout juste un an !

-
Vous êtes, monsieur, l’honneur de la politique, de la conscience en acte et de la fidélité !


lundi 24 juillet 2017

24 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. Le grand motif de se bien conduire !

Et toujours le grand MOZI. Je suis toujours étonné que les Occidentaux aient si longtemps négligé l’étude des grands penseurs chinois, y compris du reste les penseurs contemporains comme FENG Youlan. Mais dans chacune des œuvres de ces auteurs, on trouve des perles rares, comme celle qui est soumise à votre admiration. « L’épais charlatan de HEGEL » (SCHOPENHAUER) a traité de CONFUCIUS avec arrogance et mépris. Ce sont en fait les jésuites, de Matteo RICCI ou COUPLET à Léon WIEGER, qui tout au long des quatre siècles de leur présence, de la fin du XVIe siècle à la fin du XXe ont fait connaître la pensée et les œuvres de ces hommes qui égalent par leur génie un ARISTOTE ou un Thomas d’AQUIN.
-
Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c’est la lâcheté !
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Le grand motif de se bien conduire, ce doit être la crainte du Ciel, le Seigneur du monde, celui qui voit tout ce qui se fait, dans les bois, les vallées, les lieux obscurs, là où l’œil d’aucun homme ne pénètre.
C’est lui qu’il ne faut pas irriter, c’est à lui qu’il faut tâcher de plaire.
Or le Ciel veut le bien et hait le mal, il aime la justice et déteste l’injustice. Tout pouvoir sur la terre lui est subordonné, doit s’exercer selon ses vues. L’empereur est l’homme le plus puissant de ce monde, mais le Ciel est au-dessus de lui. L’empereur gouverne au nom du Ciel, mais c’est le Ciel qui donne le succès, le bonheur, à condition que sa volonté ait été faite.
Le Ciel veut que le prince fasse du bien au peuple, que tous les hommes s’aiment les uns les autres, parce que le Ciel aime tous les hommes.
Quand le Ciel voit un homme bienfaisant, il se dit : celui-là aime tous ceux que j’aime et fait du bien à tous ceux à qui je veux le bien ; et il élève cet homme.
Quand le Ciel voit un homme malfaisant, il se dit : celui-là hait tous ceux que j’aime et fait du mal à tous ceux à qui je veux le bien ; et il abaisse cet homme.
Non, la raison dernière n’est pas la volonté d’un prince ou de l’empereur ; c’est la volonté du Ciel !"
MOZI (  ), Mozi. (Le nom latinisé et MICIUS et non pas MENCIUS, erreur que j’ai commise en raison de l’analogie phonique des patronymes chinois et latinisés.)
(Cité dans Léon WIEGER. Histoire des croyances religieuses et des opinions philosophiques en Chine. Imprimerie de la Mission Catholique, sans mention de lieu, sans doute Hien-Hien, 1922). Je n’ai pas trouvé le texte en chinois dans le Chinese Text Project, car je n’ai pas trouvé de chapitre 26, dans aucun des livres qui composent cet ouvrage monumental, et l’extrait est assigné à ce chapitre-là.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Il est tout de même curieux et intéressant de voir qu’à des milliers de kilomètres de l’Europe et 4 à 5 siècles avant l’arrivée du christianisme dans ce petit bout de l’Eurasie, un penseur a l’idée d’exprimer l’idée qu’il existe une liaison nécessaire entre la morale naturelle (la volonté du Ciel) et la politique. Toutes les loges maçonniques du monde ne pourront rien à cette évidence qui traverse l’histoire de la pensée : il y a des principes qui transcendent la volonté et humaine et commande aux princes de faire ce qui est bien, et de renoncer à ce qui est mal. C’est du reste une constante des initiatives conduisant à la transgression, à savoir leurs contradictions internes : les uns veulent bien que l’on tue un bébé dans le sein de sa mère et ils exigent que tous les citoyens se conforment à cette exigence inscrite dans la loi, au point que les opposants se voient mis à l’amende et punis de prison ; les autres ne veulent pas qu’on tue les bébés, mais trouvent normal d’euthanasier les inutiles, les vieux, des êtres humains déclarés incurables, fussent-ils des enfants, d’autres encore, comme les tenants du racisme le plus abject, exterminent ou ont exterminé sans états d’âme d’innombrables communautés humaines (stalinisme, nazisme, polpotisme, maoïsme, djihadisme, Terreur révolutionnaire en Vendée, etc.), faisant de leur extermination une fin politique : l’homme du peuple, l’homme de sens commun sent et voit l’inhumanité de ces positions. Les gouvernants ne la voient pas ou ne la veulent point voir.
MOZI affirme que le Ciel ne veut pas le mal ; il va plus loin, et il dit que le Ciel punit celui contrevient à ces principes fondateurs. Or nos princes, peu à peu, se sont éloignés de ces sources, utilisant à leur seul profit, toutes les ficelles que les structures du pouvoir mettent entre leurs mains (la dernière ficelle en date est celle du Comité National Consultatif d’Ethique, qui par petite touche modifie avec son accord et à sa demande, les principes d’action des gouvernants en matière morale ; j’affirme que la morale ne se confond pas avec l’éthique : La PMA, la GPA peuvent être déclarées par un comité Hippolyte ou Théodule ; elles restent immorales).
Monsieur MACRON a chuté de 10 points dans les sondages. Il doit y avoir une raison. Le Ciel commence à faire sentir au freluquet qu'il est le Ciel !
-
3. REVUE DE PRESSE.
-
Ah ! La belle Europe que voilà !

-
Le Ciel commence-t-il à punir l’Empereur ?

-
Mes ancêtres maternels doivent se réjouir : vers une renaissance du flamand en Flandres française ?

-
En France on bannit les preux, on promeut les gueux !


dimanche 23 juillet 2017

23 juillet 2017. Nouvelles de la dissidence. Du grain à moudre, des exemples à méditer

Avant toute chose, je reviens sur l’énorme erreur de traduction du nom de MOZI. La latinisation de ce patronyme n’est pas MENCIUS, qui traduit MENGZI. En fait on ne connaît que le nom chinois de ce grand penseur : MOZI.
-
Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c’est la lâcheté !
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Si l’on pouvait convaincre toute la population du royaume de s’entraider pour s’aimer mutuellement et pour aimer son prochain comme soi-même, y aurait-il encore des sentiments contraires à la piété filiale ? Rencontrerait-on encore des gens sans amabilité ?
Si l’on traitait la maison de son semblable comme la sienne propre, songerait-on à la piller ?
Si l’on respectait la personne d’autrui comme la sienne propre, oserait-on lui faire violence ?
Si l’on égalait la famille des autres à la sienne, y porterait-on le trouble ?
Et si l’on considérait les États étrangers comme le sien propre, songerait-on à les attaquer ?
Le sage doit donc s’opposer à la discorde et préconiser l’amour.
Car l’ordre heureux régnera là où tous travaillent de pair dans l’amour, et la mésentente rôde là où tous se méprisent. C’est ce que notre Maître disait : "Il nous faut avant tout inculquer aux gens l’amour d’autrui."
In
Marcel HERTSENS.
Sagesse éternelle de la Chine. Pensées et préceptes.
Éditions du Centurion, Paris, 1970.
Citation de MOZI,  , livre XVI. (Page 187).
-
2. COMMENTAIRES.
-
Avis à tous les homme politiques ! Je n’ai rien à rajouter, sinon qu'ils ont du grain à moudre et des exemples à méditer !
-
3. REVUE DE PRESSE.
-
Désormais la section 3 de mes billets s’appellera Revue de Presse. Elle a pour but de porter à la connaissance de mes lecteurs des informations que la grande presse stipendiée ne se croie pas tenue de publier pour ne pas déplaire à ses actionnaires. C’est une section très importante… Je vous préviens : elle est nécessairement partiale et partielle, pour la raison que je viens de dire.
-
L’homme contre lui-même ou Prométhée enchaîné ?

-
L’analyse est juste…

-
Un avis du père BOULAD.

Le père BOULAD, avec finesse et retenue, ne met pas en cause les musulmans mais l’islam. Il convient voir la vidéo en en pesant toutes ses nuances et notamment cet avis que personnellement j’entrevois depuis fort longtemps : l’islam est en guerre contre lui-même, et s’il ne procède pas à un examen critique et rationnel, il risque bien de périr.

-
La Chine a pris la mesure de ses erreurs en matière démographique…

Pas nous !

-
On est en train d’en crever du relativisme.

-
A la mémoire du grand Claude RICH.

RIP

-
Tout le problème de la démocratie représentative est posé dans cet article.

-
Non cher Immortel, vous n’êtes pas seul.

-
Denis MEYER, SOULTZ et l’Association La Farandole :


23 Juillet. Rectificatif important : MOZI et non MENGZI

Chers lecteurs, c'est de ma part une faute inexcusable que d'avoir confondu MENCIUS (Mengzi,) et MOZI. Tout ce que j'ai attribué au premier revient en réalité a second !
Je vous prie d'excuser cette erreur inexcusable !

samedi 22 juillet 2017

22 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. La saine pratique de "l'heptaglossogyration antédiscursive !"

Et toujours de MOZI, cette proposition que bien des politiciens devraient méditer avant de parler !
-
Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c’est la lâcheté !
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"MOZI a dit : Avant de faire une déclaration ou d’exposer une doctrine, il faut avoir défini des critères de jugements. Discuter sans normes est comme déterminer la direction du lever ou du coucher du soleil sur un tour de potier en marche. Même d’habiles artisans ne pourraient obtenir de bons résultats de cette manière. Mais comme il est difficile de dire si une doctrine dans le monde est vraie ou fausse, il faut lui faire subir trois examens. Quels sont ces trois examens ? Ce sont les examens de son fondement, de sa véracité et de son application.

子墨子言曰:「凡出言談,由文學之為道也,則不可而不先立義法。若言而無義,譬猶立朝夕於員鈞之上也,則雖有巧工,必不能得正焉。然今天下之情偽,未可得而識也,故使言有三法。三法者何也?有本之者,有原之者,有用之者。於其本之也,考之天鬼之志,聖王之事;於其原之也,徵以先王之書;用之柰何,發而為刑。此言之三法也
In
MOZI. (MÒZǏ ; )
Œuvres choisies. Traduit de l’anglais par Pierre de LAUBIER d’après la traduction du chinois de Yi-Pao MEI.
Avant-propos de Patrick de LAUBIER. Introduction de Léon WIEGER.
Desclée de Brouwer, Paris, 2008. (Page 223.)
(La citation chinoise parle des nécessaires références aux sages rois du temps jadis ; je ne l’ai pas jointe au texte fançais.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Je dois dire que la pratique de "l’heptaglossogyration antédiscursive" (humour !) ou art de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler n’est pas le propre de monsieur CASTANER qui est sans doute le plus fieffé des imbéciles bernanosiens qu’onques ai jamais rencontré. Voilà un homme qui accuse de déloyauté le général de VILLIERS parce qu'il a quitté le siège de l’état-major des armées sous les ovations des personnels du ministère de la défense.
Le freluquet a été pris à son propre piège : il n’a pratiqué ni l’examen du fondement de ses décisions, ni leur véracité, ni leur possibilité d’application. Mais quand on crache en l’air, il ne faut pas s’étonner que les crachats retombent sur la manche de la veste…
Monsieur MACRON croyait tout maîtriser. Il n’a pas maîtrisé monsieur CASTANER, sauf à admettre qu’avec un incroyable cynisme, alors qu’il faisait un éloge déplacé du général démissionnaire, il confiait à son bras droit le soin de salir.
Décidément, ça commence mal.
-
3. INFORMATIONS DIVERSES.
-
Je vous invite à les lire toutes.
-
Témoignage de la soeur du père HAMEL.

-
Un successeur digne du général de VILLIERS.

-
CASTANER, le roi des imbéciles ?


Il faudra sans doute des dizaines de cercueils dans la cour des Invalides pour clouer le bec à ce  crétin de CASTANER.

Voir ci-dessous l’article du général DARY.


et l’analyse remarquable que voici.

-
Pour connaître un peu le Yézidis, à travers mon ami Shiwan, je puis vous dire que ces fidèles sont d’un courage et d’une fidélité sans mesure !


Bis repetita !

-
Un jour viendra où des milliers de Français célèbreront la mémoire du roi Louis XVI.


Voilà un évêque qui dit, enfin, des choses importantes et sensées.

-
Facebook et les cathos : du rififi ?

-
Cet étonnement m’étonne !

-
On croit rêver !




vendredi 21 juillet 2017

21 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. Obéir au Ciel plutôt qu'à Jupiter !

Nous reprenons le cours de notre lecture de MOZI et de son Mozi, après avoir rendu à LIU Xiaobo le juste hommage, sans que les médias, du reste, n’aient accordé une grande attention à cet homme debout, amoureux de la justice, de la vérité et du bien.
-
Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c’est la lâcheté !
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"C’est pourquoi MOZI a dit : Si les souverains et les gentilshommes de par le monde désirent vraiment suivre la voie et faire du bien au peuple, ils n’ont qu’à obéir à la volonté du Ciel, source de la magnanimité et de la droiture. L’obéissance à la volonté du Ciel est le principe de la rectitude."

是故子墨子曰:「今天下之王公大人士君子,中實將欲遵道利民,本察仁義之本,天之意不可不順也。順天之意者,義之法也。」
In
MOZI. (MÒZǏ ; )
Œuvres choisies. Traduit de l’anglais par Pierre de LAUBIER d’après la traduction du chinois de Yi-Pao MEI.
Avant-propos de Patrick de LAUBIER. Introduction de Léon WIEGER.
Desclée de Brouwer, Paris, 2008. (Page 184.)
-
2. COMMENTAIRES.
-
On rougit d’avoir à commenter l’évidence. À quelle volonté, le « Président de la République » a-t-il obéi quand il a ouvertement humilié le général de VILLIERS pour des propos tenus à huis clos devant une commission de la Défense à qui cet officier devait la vérité ? Il a obéi à sa volonté propre, monsieur MACRON. Normal puisqu’il se donne lui-même le titre de JUPITER, le roi des dieux. Il n’a pas obéi à la volonté du Ciel, laquelle exigeait le respect des autres, fussent-ils des subordonnés. Il pouvait convoquer le général pour s’entretenir avec lui, lui exposer les raisons de ses choix, les modifier le cas échéant. Le freluquet a préféré la publicité de l’humiliation ouverte. Il a creusé un gouffre entre lui et l’armée. L’ovation faite au général lors de son départ, tête nue, comme le veut le protocole, par tous les soldats du ministère de la défense en disent long sur l’estime qu’ils lui portaient et la désapprobation des manières désinvoltes de ce jeune homme, devenu président à la faveur d’un hold-up médiatico-financier.
Non, décidément, alors que je trouvais les débuts du freluquet plutôt prometteurs, je réalise que mes intuitions premières étaient les bonnes. Monsieur MACRON est supérieurement intelligent, mais son arrogante auto-ombiloscopie le rend insupportable. Encore 4 ans et 10 mois à le supporter !
-
3. INFORMATIONS DIVERSES.
-
Démission du général de VILLIERS : plusieurs réactions.

Ovation au général lors de son départ.


Le freluquet a du souci à se faire !


Mais il a tous les culots !


L’analyse d’un journaliste spécialiste des questions de défense.


Un communiqué du général MARTINEZ.

-
Cher Max GALLO, du balcon du ciel vous priez pour la France que vous avez tant aimée du temps de votre vie terrestre.

Une grande voix en effet s’est éteinte !


-
L’État au service ce lui-même !



Nous n’en pouvons plus de cette démocratie prétendue, qui est pourrie jusqu’à l’os et dont le seul but est de conforter le pouvoir de l’État, devenu sa propre fin. Le mieux est de l’ignorer autant que faire se peut.

jeudi 20 juillet 2017

20 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. Conscience, force morale des hommes libres !

Nous achevons aujourd’hui la lecture de quelques passages essentiels de l’œuvre de LIU Xiaobo. La citation choisie illustre particulièrement bien la très grave crise déclenchée par monsieur MACRON entre l’armée et les institutions qu’il est censé représenter.
-

Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de 

devenir vrai, c’est la lâcheté !

-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"La raison pour laquelle l’humanité en arrive à l’état de minorité ne tient pas à une absence de rationalité qui l’oblige à dépendre d’une autorité extérieure, mais à un manque de volonté propre de s’affranchir d’une telle autorité et d’entreprendre de penser par soi-même ; elle ne relève pas non plus de l’action de contrainte de cette autorité, mais d’une autocensure conduisant à la couardise, autocensure traduisant finalement une absence de courage moral permettant de développer une volonté autonome. L’essence de la condition obscurantiste de l’état de « minorité » découle de l’addition des autocensures que chaque homme s’impose. Le point crucial de l’éducation contre l’obscurantisme et ses croyances superstitieuses ne réside pas dans l’existence ou non d’une rationalité ou encore d’une sagesse dans les relations entre les personnes, mais dans l’existence ou non du courage moral permettant de briser la contrainte et de dire « non » à l’autorité établie."
In
LIU Xiaobo.
(LIÚ Xiǎobō ; caractères simplifiés 刘 晓 波 ; caractères traditionnels :劉 曉 波)
La philosophie du porc et autres essais. Traduit du chinois. Textes choisis et présentés par Jean-Philippe BÉJA. ("Bleu de Chine", collection dirigée par Geneviève IMBOT-BICHET. Préface de Vaclav HÁVEL.)
Gallimard, Paris, 2011.
(Page 210)
-
2. COMMENTAIRES.
-
(Il faut entendre ici par "minorité", un état infantile.)

Il me semble que cet extrait illustre de façon particulièrement claire la raison profonde du hiatus qui s’est créé, à la seule initiative du président de la République, entre sa personne et l’armée. Ce que ne supporte pas le freluquet, c’est la liberté avec laquelle, obéissant à sa conscience, le général de VILLIERS a exprimé son opinion, à huis clos, devant la commission de la défense de l’Assemblée Nationale. Des responsables médiocres, d’une autre trempe que ce chef militaire, auraient avalé leur chapeau, et laissé leurs hommes dans un état de vulnérabilité indigne, sans émettre la moindre remarque. Monsieur MACRON est le chef des armées, c’est la constitution qui le dit, mais il n’est pas le directeur de conscience des officiers généraux. Et il ne le supporte pas. Il vient de commettre un acte d’une gravité exceptionnelle, qui révèle la nature profondément autoritaire de son tempérament. Je prends les paris : dans un an, il sera détesté des Français.
-
-
3. INFORMATIONS DIVERSES.
-
Il faut mettre Najat en accusation.

Dehors Najat ! Dehors ! Soyez déclarée inéligible à tout jamais. Vous n’êtes qu’une ambitieuse au petit pied, sans le moindre gramme de talent, de compétence ou de vision ; vous êtes le fruit de l’idéologie la plus pure, celle qui nous a valu d’être réduit en tant que patrie, à un lamentable tas d’incohérence, d’injustices, de pauvreté. Vous êtes nulle ! Archinulle ! Disons, pour mettre quelques atouts à votre crédit que vous êtes très belle, et que cette beauté a fait tourner la tête aux oligophrènes !

-
Diminuer le nombre d’élus, oui !

Pas diminuer le nombre de communes. JUPITER veut tout contrôler, planifier, organiser. Il s’aveugle lui-même.

-
Le général de VILLIERS parle à un jeune engagé.


Et un jeune engagé au général de VILLIERS.


Et c’est donc cet homme que JUPITER a poussé par sa déraison à la démission !

Lire aussi cet article du général MARTINEZ.

-
Un général parle à JUPITER

-
Un journaliste parle de JUPITER.

-
Lire cette histoire ! elle est hors de l’ordinaire !

-
La connerie humaine n’a pas de limite !



Mes lecteurs reconnaîtront volontiers que je n'aime pas la vulgarité. Mais quand des journalistes et des responsables en arrivent à dire (et à faire) de telles choses, il ne me reste plus que ce triste mot pour qualifier leurs actes.
-
Un humoriste parle de JUPITER



Cela ne vous rappelle rien ?