lundi 30 juin 2014

30 juin 2014. Nouvelles de la Résistance : ouvrons les yeux !

-
Ce n'est pas l'ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c'est la lâcheté.
-
1. La Citation du jour.
-
"Vers la fin du siècle dernier, il s'est produit dans la société française un mouvement d'idées dont rien ne permet encore de prévoir le terme. Jusque-là, on avait bien vu des nations modifier sur quelques points les conditions de leur vie publique, suivant les besoins des temps et l'état des esprits; et, dans le cours de sa longue histoire, la France elle-même n'avait pas manqué, à maintes reprises, d'approprier à des situations nouvelles son régime civil et politique. Dans de pareilles réformes, inspirées par la justice et conduites avec sagesse, il n'y a rien qui ne soit conforme aux vues de la Providence et à l'ordre naturel des choses. Mais une nation, rompant brusquement avec tout son passé, faisant, à un moment donné, table rase de son gouvernement, de ses lois, de ses institutions, pour rebâtir à neuf l'édifice social, depuis la base jusqu'au-sommet, sans tenir compte d'aucun droit ni d'aucune tradition; une nation réputée la première de toutes, et venant déclarer à la face du monde entier qu'elle a fait fausse route depuis douze siècles, qu'elle s'est trompée constamment sur son génie, sur sa mission, sur ses devoirs, qu'il n'y a rien de juste ni de légitime dans ce qui a fait sa grandeur et sa gloire, que tout est à recommencer et qu'elle n'aura ni trêve ni repos tant qu'il restera debout un vestige de son histoire : non, jamais spectacle aussi étrange ne s'était offert aux regards des hommes." (Extrait du discours prononcé en 1879, par Mgr FREPPEL, à l'occasion de l'inauguration du monument érigé à la mémoire du Général JUCHAUD de LAMORICIERE dans la cathédrale de NANTES)
In Mgr FREPPEL, évêque d'Angers, député du Finistère.
La Révolution Française. A propos du centenaire de 1789.
L. Roger et F. Chernovitz, Libraires-éditeurs, Paris, 1889.
(je possède une copie de cet ouvrage, téléchargée depuis la bibliothèque Saint-Libère).
-
2. Commentaires.
-
Je ferai ici trois  remarques.

(a) La première consiste à noter l'étroite convergence d'opinions sur la Révolution entre celle du pseudo-agrégé Vincent PEILLON et celle du pieux évêque. Les deux constatent que la Révolution est une rupture absolument incroyable dans l'histoire de notre pays. Le premier l'exalte comme un événement fondateur, la survenue d'un homme nouveau, d'une nouvelle religion ; il s'agit d'une opinion à prétention philosophique, qui fait litière des causes du phénomène (l'influence des "philosophes", l'immoralité croissante des élites nobiliaires), de la violence qui a été imposée au peuple français, sous la pression des sociétés de pensée, au premier rang desquelles il faut placer la franc-maçonnerie. Le second pointe la véritable anomalie qu'est cette rupture, l'inhumanité de la Révolution, (laquelle semble avoir complètement échappé à monsieur CLEMENCEAU qui en approuve toutes les horreurs et défend qu'on y touche, puisque c'est un bloc). La véritable question est donc la suivante : peut-on obtenir de bons résultats en utilisant des moyens immoraux ?

(b) La seconde porte sur la nécessité dans laquelle se trouve toute révolution de constater qu'elle n'est jamais achevée. Georges CLEMENCEAU ou monsieur PEILLON n'ont cessé de le dire, et Mgr FREPPEL de le constater (encore qu'il ne pointe que les effets à venir de ce bouleversement inouï). Pour rompre avec le passé, couper toutes les attaches du Peuple avec ses racines et son histoire, il est nécessaire de casser tous les repères : repères familiaux (loi dite TAUBIRA qui nie les différences des sexes et la valeur instituante du mariage d'un homme et d'une femme, promotion de la GPA et de la PMA, statut des beaux-parents) ; repères chronologiques (l'histoire n'est plus enseignée comme le déroulement de faits, d'idées, dans le temps et l'espace, mais sous forme thématique) ; repères géographiques (ça a commencé avec la suppression de la mention des départements sur les plaques minéralogiques des voitures ; ça continue avec l'imbécillité du découpage des nouvelles régions, la négation, par exemple, de l'appartenance de la Loire-atlantique à la Bretagne) ; repères anthropologiques (avortement, euthanasie). Il s'agit donc pour ces messieurs-dames de créer un homme nouveau (comme le voulaient avec plus de cruauté et de violence des MAO ou des POL POT), totalement à leur botte, dépourvu de toute autonomie de pensée, de toute appartenance à un lignage familial, de toute dignité personnelle, celle-ci se confondant avec la dignité collective (laquelle, bien sûr existe, et sur laquelle ces messieurs-dames feraient bien de travailler !).

(c) La troisième porte sur les moyens utilisés pour arriver à ces fins. Ces messieurs-dames croient au darwinisme social : il suffit, selon eux, de changer l'environnement pour sélectionner des hommes et des femmes adaptés à leurs propres fantasmes de démiurge. Eh bien, nous ne voulons pas de ça. Et nous leur ferons savoir.

JE VOUS INVITE, chers lecteurs, A FAIRE CONNAITRE MES BILLETS à un maximum de nos compatriotes. Je ne prétends pas diriger vos pensées et vos opinions, mais je désire vous faire connaître des points de vue que ces imbéciles nous cachent par pure idéologie. Notre lutte est d'abord une lutte de la pensée contre les idées toute faites, de la liberté contre la tyrannie, de la dignité de la personne dans toutes ses dimensions : sociales, physiques, religieuses, professionnelles, et j'en passe, contre la violence insupportable des intrusifs. Ces gens veulent s'occuper de tout sauf de l'essentiel : aucune amélioration sur le front du chômage, de la compétitivité de la France, du déficit public, de l'immigration clandestine, de la sécurité. Qu'ils fichent le camp et le plus vite sera le mieux ! Et s'il arrivait que François HOLLANDE procédât à la dissolution de l'Assemblée et qu'une majorité dite de "drouate"  alors émergeât, le conseil que l'on pourrait donner aux chefs de la nouvelle majorité serait celui-ci : en aucun cas, il ne faut accepter que l'un de vous devienne premier ministre. Monsieur HOLLANDE doit partir en tirant les conséquences de ses échecs.
-
3. Quelques menues infos.
-
L'objectivité des médias ! (via le Salon beige.)

-
Bygmalion et la GLNF (via le Salon beige).

En 2010, la GLNF a fait travailler la Société de communication politique Bygmalion, désormais célèbre pour avoir fabriqué à grande échelle des fausses factures permettant une double comptabilité de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2012. Mais pourquoi diable l’obédience de François Stifani, Grand maître de 2007 à 2012, a-t-elle eu besoin des services de Bygmalion ? 


4 commentaires:

tippel a dit…

LA FRANCE MULTICULTURELLE VUE DES ETATS UNIS.

https://www.youtube.com/watch?v=wO2j0nuE1yY

Laurence a dit…

Merci Philippe pour vos billets tellement riches historiquement et pour tout le travail que vous consacrez à leur rédaction.
Merci Tippel pour cette vidéo.
Je vous en adresse une autre, le film ne vaut rien mais écoutez les commentaires à partie de la première minute d'enregistrement...

Laurence a dit…

Je n'avais pas copié le lien

http://youtu.be/a_1YlvQqy48

SERINUS LEUCOPYGIUS a dit…

Tout cela fait peur, à plusieurs reprises dans mon quartier du 20ème à Paris, je me suis fait insulté de sale blanc, que faut-il faire pour sortir de cette situation, merci.