lundi 1 septembre 2014

1er septembre 2014. Nouvelles de la Résistance : La Rochelle et le ressentiment

-
Je m'absente quelques jours et reprendrai les billets vendredi 5 septembre, mais ça ne m'empêche pas de vous rappeler que

ce n'est pas l'ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c'est la lâcheté.
-
1. La citation du jour.
-

"Dans ce monde en proie aux mirages de l’avoir, nous voyons se généraliser un phénomène très caractéristique : celui de l’insatisfaction et de la revendication permanente. Nous possédons de plus en plus de choses, mais cet avoir n’est plus du tout le prolongement organique de notre être, il n’en porte plus la moindre marque, il nous reste étranger. De sorte que nous sommes aliénés jusque dans les choses que nous possédons ? D’où une insatisfaction irrémédiable : nous n’en avons « jamais assez », nous ne sommes « jamais contents », et nous croyons voir dans le monde extérieur la cause de ce mal dont la racine est en nous." 

In 
Gustave THIBON.
Les hommes de l’éternel. Conférences au grand public (1940 – 1985) établies et présentées par Françoise CHAUVIN.
Mame, Paris, 2012.
-
2. Commentaires.
-
J'entendais hier au journal télévisé les commentaires de quelques militants socialistes après le discours de clôture de Manuel VALLS qui venait d'affirmer avec force le rôle de l'entreprise dans la création de richesses. Et ce que j'ai entendu m'a stupéfié : "Il parle des entreprises, il ne parle pas des salariés" disaient-ils, la mine renfrognée et toute remplie de ce ressentiment de l'insatisfaction que dénonce Gustave THIBON. Sans parler de l'ignorance économique des militants socialistes qui confondent la richesse avec la redistribution, il me semblait voir dans ces personnes le reflet d'un mal être personnel, celui d'une recherche du plaisir et de l'avoir au détriment de celui du sens. Or il a bien été dit "Le Royaume est au-dedans de vous".
Au point où en est notre patrie, je crois qu'il est irresponsable d'accepter un enrichissement permanent des riches et un appauvrissement permanent des pauvres. Il faut donc accepter de payer des impôts, et même accepter qu'ils augmentent. Même si ça me paraît lourd, je dois dire qu'après réflexion, je ne vois comment on peut faire autrement. Mais pas pour que notre argent soit dilapidé dans des projets sociétaux ou des subventions hasardeuses (songez, par exemple qu'une certaine madame BOYER, député, a fait voter par l'Assemblée Nationale le remboursement de la circoncision pour les musulmans ! [Coût annuel : 150 à 200 millions d'euros], au motif que la cérémonie entraînait des frais considérables pour les familles !). Notre argent doit aller à la construction de logements pour ceux qui n'en ont pas, et non pas à l'encadrement des loyers lequel ne bénéficie qu'à des gens capables d'en payer un, par exemple. Il doit aller à l'allègement des charges qui pèsent sur les petites entreprises industrielles et artisanales ; à l'heure actuelle, cet allègement bénéficie aux entreprises du CAC40. Il n'y a rien de commun entre un chef d'entreprise en plomberie, et un grand patron qui dirige des milliers de salariés. Les seuils sociaux doivent être revus. Tout cela relève du bon sens. Et je confesse qu'il faut en faire crédit à monsieur VALLS. Mais il a reculé devant Martine AUBRY - les loyers seront encadrés dans la ville de LILLE ; il faut là-bas soigner la clientèle au prix d'une anesthésie du sens civique - il a reculé devant madame TAUBIRA dont la présence à la réunion des "Frondeurs" et le commentaire acerbe et insolent qu'elle y accorde, aurait dû entraîner sa destitution immédiate. Monsieur BAYLET (le "veau sous la mère" disaient jadis ses détracteurs qui le voyaient protégé par sa puissante mère Evelyne, propriétaire d'un journal régional très important - La Dépêche du Midi) - a obtenu le maintien des Conseils Généraux contre la participation de membres de son parti au Gouvernement.
Tout cela sent encore trop la cuisine partisane... et les intérêts de la patrie semblent s'effacer derrière ceux des prébendiers ! Mais je dois dire que j'ai trouvé monsieur VALLS assez bon dans son rôle, pour ce qui concerne l'entreprise. Pour ce qui est des caresses à l'islam, je resterais dubitatif ! Quant à sa ministre de l'Education Nationale, je lui ai trouvé hier soir une figure assassine, que dis-je ? carnassière ! Elle ne tolérera aucune dérogation à la modification des rythmes scolaires ! On va voir ce qu'on va voir !  Je lui souhaite bien du plaisir. Comme toujours avec les socialistes : les idées avant la réalité.
-
3. Infos diverses.
-
Préparons la Manif du 5 octobre.
-
Dans le 93 aussi on prépare la Manif du 5 octobre (via le Salon beige) !

-Et encore dans le 92 (mais par anticipation : DDE pas au courant).

-
Et sur l'A13 encore !

-
Toujours grâce au Salon beige : des familles gonflées à bloc.



1 commentaire:

SERINUS LEUCOPYGIUS a dit…

Mr Poindron, dans votre billet, vous parlez des logements sociaux, vivant dans un logement de la Ville de Paris je viens faire part de la situation problématique que je rencontre depuis plusieurs années, celui-ci étant dans un quartier bruyant; plus des méchancetés que je subit de la part de je ne sais quels voisins, mais surtout par l'environnement qui m'est défavorable à mes problèmes de santé.
J'informe et dénonce que suite à plus de trois ans de combat par courriers, en joignant certificats médicaux, mains courantes expédié à Mr Bertrand Delanoë ancien Maire de Paris, que rien n'a abouti, j'ai bien sûr reçu plusieurs réponses de divers chefs de cabinet !?!. Ma demande: c'est simplement de changer de logement social, je cède cinquante mètres carré à moi tout seul en précisant à ce Monsieur que je souhaite plus petit dans un quartier calme.
Sachant que de nombreuses Familles demandent un logement, le mien conviendrait parfaitement à un couple avec un ou deux enfants.
Comment expliquer l'indifférence de ce Monsieur de ne pas en tenir compte ?. Ou est la Fraternité dans cette république de Politicos qui se fiche des problèmes sociaux, j'ai baisser les bras, je suis fatigué par ce combat, je souhaite changer de quartier pour un autre logement, personne ne m'aide, Mr Delanoë que j'ai vu au sein d'une association, avait bien dit qu'il aiderait les personnes handicapées par la pathologie concernée, il ne pas aider.
Si vous avez une solution à me proposer par le biais de Monsieur Poindron, un grand merci pour votre soutien.
Je ne vais pas bien du tout, et l'objectif c'est de partir, discriminations, insultes, diffamations, nuisances sonores etc..., je vais y laisser ma peau. Si vous pouvez transmettre mon message, je vous invite à le faire.
Cordialement, un citoyen en règle et de bonne Foi.