lundi 17 juillet 2017

17 juillet 2017. Nouvelles de la Dissidence. Les gens ordinaires peuvent aussi résister !

Nous poursuivons pour quelques jours encore la lecture de quelques passages essentiels de l’œuvre de LIU Xiaobo. Le pouvoir l’a laissé sortir de la prison où il le tenait enfermé depuis 8 ans quand il a vu qu’il était à toute extrémité, rongé par un cancer du foie qu’il a laissé évoluer jusqu’à la dernière extrémité.
Les obsèques de cette grande âme ont été célébrées dans la discrétion. Sa dépouille a été incinérée.
-
Ce n’est pas l’ignorance qui nous empêche de devenir vrai, c’est la lâcheté
-
Le grand LIU Xiaobo a payé de sa liberté et de sa vie la dénonciation du mensonge. Il avait conscience de sa finitude et de ses limites, mais aussi de la grandeur de l’homme qui consiste pour l’essentiel à l’absence de recours au mensonge, etiam in perilium.
-
1. LA CITATION DU JOUR.
-
"Bien sûr, nous sommes des gens ordinaires, nous avons des défauts, nous aspirons à la sécurité et au bonheur des philistins ainsi qu’à l’abondance, nous voulons jouir des progrès des systèmes politiques et de l’évolution de la civilisation, ces fruits de la modernisation et de la globalisation. Les critères du comportement vertueux sont de plus en plus mesquins, de plus en plus éloignés de l’héroïsme des temps anciens ― ces temps où l’on était prêt à « mourir pour une juste cause » ― et l’on s’oriente de plus en plus vers une attitude de tolérance à l’égard des faiblesses humaines et vers l’affirmation du bonheur séculier. Donc, il ne sert plus à rien de prononcer de grandes phrases sur la vertu, il est inutile d’avoir un esprit de sacrifice du type « une vie honnête est précieuse, mais la valeur de l’amour lui est supérieure ; mourir pour la liberté est plus glorieux que les deux » [vers de Sandor PETÖFI]. Pourtant, il n’est pas nécessaire de faire preuve de tant de courage, de noblesse, d’intuition, ou de sagesse, ni d’aller en prison, de faire la grève de la faim, ou de s’immoler par le feu pour se comporter en homme dans la vie quotidienne. Il suffit de s’abstenir de mentir dans ses discours publics et de ne pas recourir au mensonge comme tactique de survie lorsqu’on est confronté à la politique de la carotte et du bâton du pouvoir."
In
LIU Xiaobo.
(LIÚ Xiǎobō ; caractères simplifiés    ; caractères traditionnels :  )
La philosophie du porc et autres essais. Traduit du chinois. Textes choisis et présentés par Jean-Philippe BÉJA. ("Bleu de Chine", collection dirigée par Geneviève IMBOT-BICHET. Préface de Vaclav HÁVEL.
Gallimard, Paris, 2011.
 (Page 138)
-
2. COMMENTAIRES.
-
Une très récente illustration du recours au mensonge, hélas, vient du discours du Président MACRON lors de la commémoration de la rafle du Vel’d’Hiv.
Non, il n’est pas vrai que la France soit responsable de la rafle qui déshonore à tout jamais dans la mémoire des hommes ceux qui en furent les initiateurs. Il convient de rappeler (a) que c’est une chambre de gauche qui a donné les pleins pouvoirs au maréchal PETAIN ; (b) que cette procédure était inconstitutionnelle et par conséquent juridiquement nulle et non avenue ; (c) que le pouvoir de facto du maréchal était donc illégitime.
Non, ce n’est pas la France qui est responsable de cette horreur. C’est un quarteron de lâches, tremblant de peur, qui a préféré abdiquer tout esprit de résistance devant l’ennemi. On me dira que les Français idolâtraient le maréchal. Cela est vrai, sans doute, encore que, selon une de mes sœurs, directeur honoraire de recherche au CNRS et spécialiste de la deuxième guerre mondiale, les esprits aient commencé à changer quand des mesures contre les juifs furent prises à l’automne 1940.
Comme le dit si bien LIU Xiaobo, nous sommes des gens ordinaires et il ne nous est pas demandé de nous immoler par le feu comme le fit Jan PALACH lors de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les soviétiques. Il nous est demandé simplement de ne pas mentir et de ne pas céder à la tactique de la carotte et du bâton.
Hormis quelques rares penseurs et journalistes, honnis des médias stipendiés justement parce qu’ils disent la vérité, nous manquons en France d’esprits libres. Je crains du reste que le général de VILLIERS, chef d’état-major général des armées, qui justement en est un, ne fasse les frais de sa liberté de parole. Il a dit la vérité. Il doit être exécuté. Demandons à nos soldats de risquer leur vie dans des campagnes terribles, en utilisant un matériel à bout de souffle, et ne satisfaisons pas à leur demande d’avoir un minimum de confort dans des chers ou des véhicules où, en plein soleil, il fait 65 °C. Le Président, Zeus, Jupiter, a parlé. Silence dans les rangs. Mourez ! La République fera le reste
Et que les grossiums continuent de se bâfrer de petits fours et de champagne en célébrant le courage de ces anonymes qui restent les rares témoins de l’âme de la patrie : honneur et fidélité !
-
3. INFORMATIONS DIVERSES.
-
À propos de l’avortement des trisomiques.

-
Du nouveau sur le linceul de Turin


Pour avoir présenté à de multiples visiteurs (dont de très nombreux étrangers : Roumains, Chinois de Taïwan, Texans, Hongrois, Danois, Anglais, Belges), dans l’église Saint-Didier d’Avignon une exposition sur le linceul, toute la semaine dernière, je puis affirmer que ce linge extraordinaire suscite des interrogations profondes et de nombreuses questions de la part des incroyants, des indifférents, des musulmans – il y en a eu – et, bien entendu, des croyants.
-
Un homme courageux soutient le général de VILLIERS.

-
Il faut buter la République !


Intéressante objurgation quand on sait que cette revue se dit "ouvertement européenne, païenne, identitaire, socialiste et anticapitaliste". Pour ne rien vous cacher, s'il s'agit de buter cette République-là, je ne suis pas contre. Elle est tout le contraire de la démocratie.
-
Ils n’ont quand même pas oser le tuer.

-
Au grand LIU Xiaobo

-
Le mensonge élevé à la hauteur de la vérité.

Lire ce très bel article qui se termine par une citation de SOLJENITSYNE.


Je conclurai en citant Alexandre Soljenitsyne dit l’auteur de l’article :
« La Révolution française s’est déroulée au nom d’un slogan intrinsèquement contradictoire et irréalisable : liberté, égalité, fraternité. […] liberté et égalité tendent à s’exclure mutuellement, sont antagoniques l’une de l’autre ! La liberté détruit l’égalité sociale – c’est même là un des rôles de la liberté -, tandis que l’égalité restreint la liberté, car, autrement, on ne saurait y atteindre. Quant à la fraternité, elle n’est pas de leur famille. Ce n’est qu’un aventureux ajout au slogan… »


Aucun commentaire: